100km d'Amiens 2015

Publié le

Avec mon accompagnatrice préférée...
100km d'Amiens 2015

Préparation sur 14 semaines : 3+1/3+1/4+2

Pour ce 8ème cent bornes, après une longue hésitation quant à la façon de me préparer, j'ai finalement résolu de m'inspirer du plan suivi par Hervé Seitz pour sa préparation des 100km de Millau 2012 et partagé via son compte-rendu de la course. Merci pour ce partage, Hervé !
Ce plan m'avait fait forte impression quand je l'ai découvert. J'ai donc estimé sage de l'adapter en réduisant l'intensité et/ou le volume de certaines séances de manière à (tenter de m'assurer de) ne pas exploser en vol. Puis, non content de me lancer ainsi dans l'inconnu et pas vraiment persuadé de ne pas foncer joyeusement au casse-pipe, j'ai embarqué avec moi Guillaume Barascud, également désireux d'optimiser sa prépa d'Amiens après un premier 100km - Mécleuves en juin - réussi mais sans doute perfectible.
Même constat ? Même prépa ! Faisons simple. Allons-y ensemble.
 
Semaines 28 à 31 : reprise progressive des séances de rythme (VS21,VS42) et footings vallonnés dans les Monts d'Ardèche ; semaine 31 : récup
Semaines 32 à 35 : premier bloc intensif sur 3 semaines avec footing les lundi et jeudi, VS10 ou VS21 le mardi (3'35 à 3'50 au kilo), VS42 les mercredi et vendredi (3'55 à 4'05), repos le samedi et sortie longue le dimanche ; semaine 35 : récup
Semaines 36 à 41 : deuxième bloc intensif sur 4 semaines en conservant l'accroissement linéaire des volumes pour chaque type de séance ; semaines 40 et 41 : allègement progressif et surcompensation
Distance Temps / détail de la séance Pas Kilom. Hebdo Sem Vs Fcmoy Vmoy Récup. Durée
Hebdo
 
10 49:09 4:55 54,5 28   131 12,2   04:21:28  
11,6 2x5x300m (58’’7) 3:16   S-13 18,4 173 12,5 48’’ / 3’   55:40
  3x3000m à
71/76/81%
4:31     13,3 146        
15 4:14     14,2 156 13,3     1:07:53
  3:56     15,3 168        
17,8 1:28:46 4:59       132 12,0      
15,2 2x4000m à 77% 4:08 66,1 29 14,5 165 13,1 3’ 05:15:38 1:09:50
12 1:02:13 5:11   S-12   120 11,6      
13 10x500m (1’45) 3:30     17,1 168 12,3 68’’   1:03:11
25,7 2:00:24 4:41       142 12,8      
11,5 1:00:22 5:15 86,0 30   122 11,4   07:00:25  
12 5x1000m 3:49   S-11 15,7 161 13,1 2'15   55:03
17,7 4x10' 3:57     15,2 157 13,3 2'   1:19:49
17,9 1:31:56 5:08       136 11,7      
26,6 2:13:15 5:01       127 12,0      
11,8 59:53 5:04 21,7 31   120 11,8   01:54:07  
9,1 54:14 5:58   S-10   103 10,1      
Total JUILLET     218,4 km en 17h37  
    FC < 146 146 < FC < 158 FC > 158
    84% 7% 9%
Distance Temps / détail de la séance Pas Kilom. Hebdo Sem Vs Fcmoy Vmoy Récup. Durée
Hebdo
 
14,6 1:14:21 5:06 126,3 32   125 11,8   10:26:27  
14,6 3x2000m 3:50   S-9 15,7 160 13,0 4’   1:07:31
13,4 3500/1500m 4:00     15 161 13,0 5'   1:01:54
8,4 48:45 5:48       112 10,3      
15 2x10’ 4:12     14,3 145 12,1 2’   1:14:30
20,6 3x4000m 4:02     14,9 160 13,0 5'   1:35:25
8,7 52:38 6:03       106 9,9      
31 2:31:23 4:53       129 12,3      
15,6 1:22:45 5:18 139,3 33   116 11,3   10:56:19  
14,2 5x1000m 3:34   S-8 16,8 165 12,3 2’   1:09:30
23,4 4x3500m 4:00     15 156 13,0 3’   1:48:03
14,1 2x15’ 4:10     14,4 148 13,1 4’   1:04:46
36 2:45:37 4:36       133 13,0      
36 2:45:38 4:36       131 13,0      
18 1:31:04 5:04 151,0 34   118 11,9   11:56:31  
16,7 4x2000m 3:43   S-7 16,1 161 13,5 2’   1:14:23
25 4x3500m 3:57     15,2 153 13,1 3’   1:54:09
16 2x20’ 4:06     14,6 143 13,5 4’20   1:11:07
12,1 1:09:57 5:47       103 10,4      
25 4x4000m 3:56     15,3 153 13,4 2’   1:51:52
38,2 3:03:59 4:49       131 12,5      
9,1 52:46 5:48 31,2 35   105 10,3   02:46:49  
10 43:46 4:23   S-6   134 13,7      
12,1 1:10:17 5:49       101 10,3      
Total AOUT     478,0 km en 38h40  
Premier bloc spécifique : 3 semaines et 21 séances
Répartition de la durée globale du bloc suivant l'intensité de l'effort : 82% en endurance, 12 et 6% respectivement en résistance douce et dure.
    FC < 146 146 < FC < 158 FC > 158
    82% 12% 6%
Cette répartition est déjà plus satisfaisante que celle observée sur le précédent bloc (84/7/9) dans lequel la fréquence cardiaque était encore beaucoup trop haute sur la plupart des séances, y compris en endurance.
Cette fois-ci, seule la première des 3 semaines est encore "mal équilibrée", avec un travail de résistance dure lors des séances prévues en résistance douce (160 puls et plus sur une allure marathon "light" : VS42 mais FC21).
Au doigt mouillé, le prochain bloc devrait amener à quelque chose comme "80/15/5", voire "76/20/4".
Wait (and run) and see.
Distance Temps / détail de la séance Pas Kilom. Hebdo Sem Vs Fcmoy Vmoy Récup. Durée
Hebdo
 
21,1 1:40:03 4:45 154,8 36   126 12,7   11:41:59  
16,5 3x2000m 3:39   S-5 16,4 164 13,3 2’   1:14:15
24,8 4x3500m 3:57     15,2 155 13,3 4’   1:51:46
22,8 2x20’ 4:08     14,5 144 13,1 17’   1:44:41
26,6 4x4000m 3:53     15,5 156 13,8 4’   1:56:03
43 3:15:11 4:32       136 13,2      
23 1:50:07 4:47 179,1 37   125 12,5   13:42:36  
20,2 3x3000m 3:44   S-4 16,1 163 13,4 3’   1:30:22
26,6 3x5000m 3:57     15,2 157 13,6 3’   1:57:06
21,1 2x6000m 4:08     14,5 147 13,4 4’   1:34:45
42,2 3:16:43 4:40       131 12,9      
46 3:33:33 4:39       133 12,9      
23 1:56:17 5:03 194,0 38   - 11,9   15:00:39  
20,3 3x3000m 3:44   S-3 16,1 159 13,1 3’   1:32:39
28,4 3x6000m 3:58     15,1 153 13,6 3’   2:05:16
24 2x7000m 4:11     14,3 144 13,1 4’   1:50:00
28,4 3x6000m 3:55     15,3 151 13,8 3’   2:03:16
17,9 1:32:23 5:10       117 11,6      
52 4:00:48 4:38       - 13,0      
    FC < 146 146 < FC < 158 FC > 158
    81% 14% 5%

Réaffectation de l'antépénultième semaine

Le deuxième bloc intensif, initialement prévu sur les 4 semaines "36 à 39" se voit finalement réduit aux seules 3 premières d'entre elles dont la charge cumulée ne permet pas (on aurait pu s'en douter) de poursuivre sur cette voie sans risquer d'être contre-productif voire de se blesser.

De "3+1/3+1/4+2" à "3+1/3+1/3+3"

On allège donc la charge un peu plus tôt que prévu et on rentre, dès maintenant et pour les 3 dernières semaines du plan, en phase de "récupération-surcompensation-affûtage" (rien que ça !), avec confiance, gourmandise et néanmoins prudence.
Distance Temps / détail de la séance Pas Kilom. Hebdo Sem Vs Fcmoy Vmoy Récup. Durée
Hebdo
 
8,9 45:38 5:08 100,6 39   119 11,7   07:36:01  
16,2 3x2000m 3:39   S-2 16,4 158 13,2 3’   1:13:25
20,3 1:32:18 4:33       127 13,2      
21,9 3x4000m 3:53     15,5 157 14,0 4’   1:34:00
33,3 2:30:40 4:31       133 13,3      
12,4 1:00:27 4:53 66,0 40   124 12,3   05:04:37  
20,3 1:32:03 4:32   S-1   132 13,2      
13 59:42 4:36       126 13,1      
20,3 1:32:25 4:33       136 13,2      
Total SEPTEMBRE     640,1 km en 48h53  
10 45:53 4:35 110,0 41   129 13,1   08:47:56  
100 8:02:03 04:49   S   139        

Alors, mon Garmin, qu'est-ce que ça a donné cette fois ?

Les données du GPS, brutes de décoffrage, annoncent 100,56 km en 8h02.
Plus précisément : 7h58 de course et 4' de pauses, avec un premier marathon en 3h15 et le second en 3h27. Dénivelé idéal : environ 200m.
Cf. la trace GPS importée sur Openrunner.com
                   
    Temps Tps déplac. Allure moy. FC moy.        
  5 23:01 22:53 4:36 140     23:01  
  10 22:55 22:53 4:35 140 45:56 10 45:56  
  15 23:19 23:05 4:40 136     1:09:15  
  20 22:49 22:35 4:34 137 46:08 20 1:32:04  
  25 22:54 22:53 4:35 137     1:54:58  
  30 22:46 22:15 4:33 139 45:40 30 2:17:44  
  35 22:48 22:22 4:34 140     2:40:32  
  40 23:22 23:16 4:40 139 46:10 40 3:03:54  
  45 23:10 22:44 4:38 141     3:27:04  
  50 23:03 23:01 4:37 143 46:13 50 3:50:07  
  55 24:07 23:21 4:49 142     4:14:14  
  60 23:58 23:54 4:48 141 48:05 60 4:38:12  
  65 24:03 23:59 4:49 142     5:02:15  
  70 24:47 24:19 4:57 142 48:50 70 5:27:02  
  75 24:57 24:50 4:59 142     5:51:59  
  80 25:06 25:03 5:01 141 50:03 80 6:17:05  
  85 25:41 25:34 5:08 138     6:42:46  
  90 26:04 26:04 5:13 136 51:45 90 7:08:50  
  95 25:56 25:47 5:11 138     7:34:46  
  100 24:44 24:43 4:57 140 50:40 100 7:59:30  
  100,56 02:28 2:25 4:24 145     8:01:58  
    08:01:59 07:57:56 4:48 139        
                   

Et à part ça ? week-end sympa ?

Oui. Très sympa.
Nathalie ayant abrégé son après-midi à l'école - pas d'heures sup après la classe aujourd'hui -, nous avons laissé les enfants à mes parents vers 16h et pris la direction de Metz. Un TGV et un Intercités plus tard, nous arrivions à Amiens sur le coup de 20h20, pile-poil pour aider Pierre-André, Pascal, Guillaume et Manu à finir leur dessert, au self de l'Hôtel Campanile jouxtant la gare.
Le samedi matin, à 5h, ce sont les mêmes, auxquels s'ajoute Fred, qui se retrouvent pour un petit-déj matinal, convivial, mais raisonnablement plus frugal que celui du lendemain dont on se prend volontiers à rêver déjà. Non ? Si, un peu !
6h. Nous chargeons le vélo de Nathalie dans le coffre de Guillaume. On embarque et c'est parti pour le Parc de la Hotoie.
NB : tout le monde, ou presque va "gagner" en améliorant son record perso aujourd'hui, d'où l'expression (qui nous fera revenir à Amiens sans doute) : "Hotoie, tu ne perds rien pour attendre !".
7h. Il fait nuit noire. Sur la ligne de départ, je retrouve d'abord Steeve Gault puis Christophe Béthune, vainqueur ici-même en 2012 et à Mécleuves en juin dernier. On a juste le temps de se souhaiter une bonne course avant que retentisse le coup de feu libérateur... qui va nous permettre de commencer à faire tourner un peu les gambettes. Cette activité sera bienvenue, car, mine de rien, c'est plutôt frisquet ce matin !
Après un tour de chauffe dans la Parc de la Hotoie, le parcours propose tout d'abord une première boucle de 10km qui nous emmène à Pont-de-Metz (hey ! c'est bon signe, ça !) au sud-ouest du point de départ. Je suis en compagnie des nordistes Thierry Douriez et Mickael Widehem que leurs maillots, floqués dans le dos, annoncent comme Titi et Micka.
Un peu avant le 5ème km, Thierry lève un peu le pied et je reste sur mon allure, calé sur 4'36/km. Je suis bientôt rattrapé par Stéphane Ruel qui est parti très tranquillement et qui me dépose gentiment, au train, après quelques hectomètres passés ensemble et en silence, chacun dans sa bulle.
De gauche à droite : Mickael Widehem, Stéphane Ruel, Thierry Douriez, ma pomme crue, Cyril Gayet (qui réclame un Twix)De gauche à droite : Mickael Widehem, Stéphane Ruel, Thierry Douriez, ma pomme crue, Cyril Gayet (qui réclame un Twix)

De gauche à droite : Mickael Widehem, Stéphane Ruel, Thierry Douriez, ma pomme crue, Cyril Gayet (qui réclame un Twix)

Peu après le demi-tour du 6ème km commence une course commune avec la première féminine que j'emmène dans mon sillage, tout en veillant à rester sagement calé sur l'allure travaillée à l'entrainement.
Au 10ème km, de retour au Parc de la Hotoie, nous passons devant le car-podium et je me détache un peu pour que Nathalie puisse me voir et s'extraire du groupe des cyclistes accompagnateurs massés sur le côté de l'allée où l'arrivée sera jugée dans quelques heures.
Drôle d'allure, ce dossard accompagnateur ! Oups... petit loupé de l'organisation (sans incidence aucune, la puce faisant foi) qui m'a octroyé un dossard pour le relais 5x20km (mais... je souhaite courir plus de 20km aujourd'hui !)

Drôle d'allure, ce dossard accompagnateur ! Oups... petit loupé de l'organisation (sans incidence aucune, la puce faisant foi) qui m'a octroyé un dossard pour le relais 5x20km (mais... je souhaite courir plus de 20km aujourd'hui !)

Au sortir du Parc de la Hotoie, on franchit le Canal de la Somme, avant de bifurquer à l'ouest pour le longer sur 5km.
Au gré des courtes pauses techniques que je m'autorise (il fait froid et il faut néanmoins boire... et éliminer), je laisse parfois la première féminine prendre un peu d'avance... avant de revenir progressivement. Pas de telles pauses pour Francesca Canepa qui est ici pour améliorer les 8h14 réalisés aux Mondiaux de 100km, à Winschoten, un mois plus tôt. Nous ne jouons pas dans la même cour !
Ce petit manège, orchestré par une vessie aux injonctions impérieuses, durera jusqu'aux environs du quart de course où je prendrai finalement un peu d'avance sur Francesca que je conserverai par la suite. Sourd aux revendications du niveau inférieur, nettement trop prégnantes à mon goût, je me mettrai en mode "Miction Impossible" (Episode 8), caracolant dès lors tel un coq en Pitt, hopefully embarked on some pleasant Cruise. Mais n'anticipons pas sur le deuxième quart et revenons plutôt au premier cinquième... de cette course qui ne fait que commencer.
Au 19ème km, les clichés pris par un photographe de l'organisation montrent Francesca juste devant moi, puis Titi et Micka juste derrière, dans la brume qui commence à se lever. Nathalie n'est pas sur la photo car elle vient d'accélérer pour "pousser" jusqu'au "ravito" du 20ème km où elle doit recharger les gourdes. Je l'y retrouverai en train de finir une soupe bien chaude pendant qu'un bénévole, aux petits soins, s'occupe des gourdes à recharger.
100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015
Si je ne me trompe pas, la section de 6km entre les 18ème et 24ème, qu'on prendra à nouveau entre les 40ème et 46ème km, faisait déjà partie du parcours de 2012.
Cette "section 18-24" est très agréable, vallonnée juste comme il faut, ondulante à souhait itou, où l'on longe un site dédié à la préhistoire : le Parc Samara. En 2012, nous faisions demi-tour au bout de cette section-là, à l'occasion d'un ravito. Je me souviens que j'avais croisé Frédéric Mary au retour. Ce souvenir contribue sans doute à rendre la section "18-21-24" agréable.
La section suivante - "24-27" (on reste sur un pas de trois... Nijinski's bad move ?) - est sympa également, bucolique à souhait, et propose LE coup-de-cul du parcours lorsque nous intersectons quelques courbes de niveau serrées les unes contre les autres (pour se tenir chaud) dans la traversée du village de Belloy-sur-Somme. Pas de quoi fouetter un chat, ni dire "Ni" à quelque vieille dame (NDLR : on a un peu l'impression de la ressortir à chaque CR, celle-là... ça pose un peu question, non ? il faudra y songer si jamais quelque divan devait prochainement nous supporter), mais il convient de s'en octroyer un - un petit "somme" - en réduisant l'amplitude de la foulée pour savourer la grimpette et délasser ces mollets de coq sans laisser trop de plumes dans l'effort. Puls=puls+5. Ca va, c'est raisonnable.
Au 27ème km, on opère un brusque demi-tour en quittant la sympathique D191 pour se ranger pendant 3 longs kilomètres sur le bas-côté d'une bien moins sympathique D1235 dont la numérotation - et surtout la circulation - laisse subodorer qu'il s'agit d'une ancienne route nationale.
La section "27-30" est de loin la moins agréable du parcours : rectiligne, circulée, stressante. C'est sur cette section-là qu'on a le plus de "chance" de tomber sur un abruti-au-volant que ce folklorique chapelet d'abrutis-courant mettra en fureur au point de le contraindre à forcer le passage, pied au plancher, en dépit de bénévoles placés là pour veiller à la sécurité. Et nous y aurons droit. Pas de quoi fouetter un abruti, mais juste un rappel (très bref rappel car la bulle, aussitôt entrouverte, se referme sur le coureur) de notre triste réalité : c'est [aussi] ainsi que les hommes vivent (NDLR : encore un p'tit coup de divan ? Lacan remonte votre dernière séance ?).
100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015
A vrai dire, le caractère rectiligne (par parties) de la section "27-30" est sans doute pour beaucoup dans le ressenti négatif que celle-ci imprime au coureur. Et je ne parle pas que pour ma pomme (un peu cuite déjà) : j'en ai entendu causer par la suite (NDLR : et par d'autres).
Pour les 2 sections suivantes, on passe en 4/4. La section "30-34", qui toute en ondulations nous fait longer la Somme, nous verra à regret, au 34ème km, nous soustraire à l'ondoyant cheminement pour renouer avec une progression à nouveau rectiligne. Au 31ème km, je double un coureur vêtu de rouge et portant un petit sac à dos, malgré un accompagnateur à vélo à ses côtés. C'est son premier cent bornes et il vise 8h. Apprenant que je suis (théoriquement) calé sur 7h40/45, il décide de lever le pied et je poursuis seul (avec Nathalie (pas d'erreur dans cette somme : nous ne faisons qu'un)) mon chemin de halage, sans risquer toutefois de me retrouver trop hâlé, le soleil ayant décidé de ne pas se montrer de la journée.
Comme en témoigne la photo aérienne ci-dessous, le secteur est particulièrement aqueux. Pour autant, ce n'est certainement pas le moment de faire le paon ! La régularité est la clé du succès sur 100km et le piège principal, dans lequel ne plongent pas que des néophytes, consiste à s'enflammer précocement sans en être conscient. De ce point de vue, le fait d'avoir un GPS au poignet constitue un avantage indéniable. En outre, j'ai aussi une épouse attentionnée qui pédale à mes côtés et consulte régulièrement, elle aussi, son propre Garmin... à son propre poignet (le mien est, en réalité, de plus en plus sucré/collant à mesure que les gorgées d'Isostar se suivent et ne trouvent pas toutes intégralement le chemin de l'ouverture visée). Si jamais je m'écarte trop de l'allure-cible (4'30 à 4'40/km), Nathalie me questionne, me met en garde, me réprimande au besoin.
100km d'Amiens 2015
La section "34-38", plus rectiligne et donc moins agréable que la précédente, nous ramène sur la boucle déjà empruntée en début de matinée alors que nous étions encore en phase d'échauffement.
"38-52" : bis repetita placent... but not so much !
On approche du marathon et déjà l'aisance respiratoire n'est plus tout à fait la même. Je ne me fie pas aux données annoncées par le cardio, sachant que les "puls" sont généralement plus élevées le jour de la compétition. Cette indication sera utile plus tard : elle devra m'alerter si, comme sur la plupart de mes 100 bornes, j'en viens à me laisser glisser mollement jusqu'à une allure de confort caractérisée par une fréquence cardiaque inférieure à 130 voire 120bpm. Nous n'en sommes pas là.
A l'approche du marathon et à la faveur d'une petite bosse traversant, tout en chicanes, la localité d'Argoeuves, j'éprouve que mon organisme commence lui aussi à chicaner... et ça, ce n'est pas très bon, surtout avant le marathon !
Nathalie a perçu le changement de respiration, désormais saccadée, et de posture, indiquant que je suis en train de subir la course. Le regard, jusqu'alors inquisiteur, braqué sur un horizon brumeusement proche, se trouve soudainement fixé sur mes pompes. Je suis passé en mode Shadok : J'en pié plu ! Quoi ! Déjà ? Mais il n'est pas encore temps ! Et d'ailleurs, l'objectif est désormais de ne plus passer DU TOUT par cette phase-là. Alors, Nathalie trouve les mots. Pour que mon mètre soixante-dix-neuf se déplie et se redresse à nouveau, (un peu plus) fièrement, face à la route et à l'objectif qui s'offrent à nous et pour lesquels j'ai "borné dur" 14 semaines durant (l'expression est de Fabien Chartoire sur Facebook ; ce petit mot, de la part d'un champion, m'avait fait grand plaisir et j'ai conservé l'expression).
Le premier marathon est passé en 3h14, comme prévu (facétieusement, j'envisage une pause technique (3.14-3.14) au km 84.4 en tablant sur une hypothétique et peu réaliste constance de l'allure). Sauf que... ces 3h14 correspondent aux 42,2km mesurés par mon Garmin, alors que le décalage entre le kilométrage réel (a priori mesuré au compteur Jones en coupant tous les virages afin d'optimiser la trajectoire) et celui relevé par le GPS est désormais de 300 à 400m. Le "marathon officiel" est en réalité passé en 3h15.
La suite de cette longue section déjà connue passe bien, à l'exception des 3km au bord de l'ancienne route nationale, plus pénible encore que la première fois.
Nous arrivons au km 52, après avoir passé la mi-course en 3h50 (au GPS).
S'ensuit un long aller-retour de 2x17km, le long de la Somme, avec un demi-tour, à Long, au 69ème km. Iggy Pop et Serge Gainsbourg me fourniront donc la bande-son quand le moment viendra de devoir me raccrocher à un petit quelque chose. Le plus dur, à ce moment délicat de la course, et a fortiori sur cette section qui s'annonce particulièrement monotone, sera de ne pas (trop) laisser vagabonder l'esprit, prompt sans doute à trouver des petits bobos et plein de fausses bonnes raisons de mettre le clignotant. Pour résumer, l'injonction est simple en somme : "Allons  à Long, le long de la Somme... et le retour et la fin du parcours couleront de source, bonhomme."
La section "52-69" ne démarre pas sous les meilleurs auspices, comme je présente plutôt l'allure d'un vieux garçon qu'il conviendrait d'y placer. A l'hospice.
De fait, à peine avons-nous embarqué dans cette longue ligne courbe serpentant à l'iroquoise, de Picquigny à Long (sans ailes et sans avion, en "marcel" et à l'horizontale : sans chemise, sans pente, à Long), que j'éprouve tout à trac une sévère indigence. Le corps crie famine. L'âme qui jusqu'alors exultait semble bleuie de partout et bleuir encore à mesure que les foulées se suivent et se ressemblent, à mesure que la foulée se raccourcit, que le coureur se recroqueville, que l'espoir se ratatine...
Heureusement, Nathalie perçoit le truc en cours... et pousse la nécessaire gueulante : "Ho, Christophe ! Allez ! Tu n'as pas fait tout ça pour rien ! La prépa est là et tu le sais ! C'est juste la tête qui a décroché... ce n'est rien du tout... Alors, tu te reprends : tu rebranches ! Le corps sait quoi faire... toi aussi, et tu vas le faire !" (NDLR : adaptation libre, réputée fidèle, en substance, au texte original). 
Nom de Zeus ! - comme dirait JP75018 le Spartathlète - mais comment fait-elle pour me connaître mieux que moi-même ? Et comment se fait-il que, dans ce magasin de porcelaine dont nous avons fêté les noces au printemps, ce soit toujours elle qui tient la boutique alors que 
presque invariablement j'assure le rôle de l'éléphant ?!
...
Alors Nathalie relance la machine. Et tance vertement le baudet qui l'accompagne. Car peu lui chaut que ce baudet reste vert s'il doit moisir sur sabot à la moindre anicroche.
Ma respiration redevient plus ample. Et c'est à mon tour de me morigéner intérieurement, de piquer une saine [et juste] colère comme ma ministre du moment, face à son adversaire d'alors à la présidentielle, sut un jour le faire (du coup je peux me permettre quelque excès : ça ne sortira pas d'ici) : "Bon Dieu ! A quoi donc sert de pulser à 38 au repos si c'est pour haleter "comme un petit chien" - sans même avoir les pieds calés dans les étriers ni d'ailleurs être encore au siècle dernier, quand ces instruments de torture étaient plébiscités - dès que la situation courante dévie d'un iota de la situation prévue ! Faut-il être c.. quand-même !"
Et la machine repart ! J'ai repris les commandes et repassé la cinquième. Go, go !
La bande-son mentale du moment, sophronisante en diable (dont ce sera le soir, ce soir), diffuse "Fils de lumière" et "Hymne à la vie" en boucle. La foulée s'allonge et s'accélère dans le même temps  que le rythme cardiaque redescend. C'est reparti, mon kiki !
100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015
Sur ces entrefaites, alors que je commence à me refaire la cerise sur la moitié de gâteau restante, Mickael Widehem - remember : Micka qui était, avec Titi62, sur nos talons depuis le début et en photo au km 19 - nous passe "comme un bolide". C'est du moins l'impression que j'ai sur le moment. Tout est relatif. Mais Micka disparaît tout de même assez rapidement à l'horizon pour ne pas me laisser de doute sur son état de fraîcheur. Et puis, en passant à notre hauteur, ça se sentait : le garçon respirait la sérénité. Impressionnant. Et inspirant.
Il sera le seul à nous reprendre jusqu'à l'arrivée et réalisera, de mon point de vue, une gestion de course parfaite, nous "prenant" 12' en 47km alors que j'avais pourtant réussi à limiter la casse à partir de là. Je serais curieux de savoir s'il a réussi un negative-split. Ca doit tout de même rester exceptionnel sur ce format et réservé à des métronomes comme Emmanuel Fontaine, capable d'une régularité incroyable non seulement sur 100 bornes mais aussi (et surtout) sur 24h.
Mickael m'apprendra plus tard que Thierry et lui prévoyaient de faire course commune jusqu'à l'arrivée mais que Thierry n'avait pu suivre, le laissant partir seul. Et effectivement, juste après le demi-tour du 69ème km, c'est un Titi grimaçant que nous allons croiser et encourager, Nathalie et moi. Mais... n'anticipons pas !
Dans l'immédiat, nous sommes au km 53, en 10ème position, et bien que n'en sachant rien, il nous va falloir rattraper 2 coureurs pour atteindre la 8ème place.
100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015
J'ai calculé - c'est un truc pour découper la distance restante en petites sections, de manière à se rapprocher plus rapidement de la suivante - que nous devrions croiser l'homme de tête vers le 66ème km (il serait au 72ème km et aurait donc 6km d'avance sur nous, soit 26 à 28'). Mon pronostic se réalise. Aux environs du 66ème km, soit à portée de flèche - Ani couni chaouani - du 69ème où l'on fait demi-tour, nous croisons le premier de la course (et futur vainqueur avec 31' d'avance sur son dauphin). Il dégage une telle impression de fraîcheur et de facilité ! C'est déconcertant. Intimidant. Magnifique. Je l'applaudis au passage. Et complète ensuite mon énumération : fraîcheur, facilité et... concentration. Voila le type d'exemple que je garde gravé en mémoire, avec celui d'un Mickael Widehem, peu de temps auparavant, ou encore d'un Christophe Béthune qui ne devrait pas tarder à arriver à son tour face à nous sur le chemin de halage : des modèles de ténacité.
Nous croisons encore quelques coureurs dont Cyrile Lequet, encore en 3ème position à ce moment de la course, et Stéphane Ruel avant d'atteindre le village de Long où la fanfare municipale motive les cent-bornards qu'elle exhorte à aller tout au bout de la placette pour tourner autour d'un tonneau de chantier matérialisant le point de demi-tour, pour les courageux, ou de non-retour, pour les malchanceux.
En repassant sur la Somme pour sortir du village, nous croisons d'abord Titi - on se tape dans la main et je l'encourage, voyant qu'il grimace - puis Francesca qui nous retourne un grand sourire - et ça fait du bien !
Cette partie du cent bornes est décidément truffée d'étangs et n'a rien à envier, de ce point de vue, à certaine aoutienne épreuve solognote. Cette idée fugace me rappelle un bon mot involontaire de notre fille aînée, Marion, lors de notre Circumlorraine en 2010. Dans un de ses compte-rendus d'étape, Marion avait écrit : "papa et maman se reposent au bord de l'étant". J'avais trouvé ça génial. Peut-être goûtera-t-elle également, si d'aventure elle revient sur ces écrits de "jeunesse", une aussi inattendue invitation d'Heidegger à la sieste parentale (par ailleurs bien méritée). Et me voila lancé dans la dernière ligne droite de ce 100 bornes, me marrant tout seul de ce bon mot fortuit d'hier que je ne trouve pas moins fort au jour d'hui encore.
Mais nous voici au 70ème km. Il reste 3 parts de gâteau à déguster. Ou plutôt : à ingurgiter. Ca n'est plus tout à fait que du plaisir - comme on dit - désormais. Il faut finir... et bien finir. Il faut donc se re(con)centrer et maintenir l'allure à un niveau correct. Je pense à Nicolasgasgas aka Bultaco qui me parlait de la course de Laurence Klein, à Winschoten, en me la présentant comme un exemple. Et je me fixe donc la valeur de 5'/km comme limite à ne pas dépasser. Pour rester sous les 8h. Les 7h45 étant depuis longtemps enterrés... au bord de l'étang.
La tête tient bon. Nathalie m'a déjà dit qu'au niveau du corps, il n'y avait rien à craindre. Et je la crois. Non pas qu'elle ait des connaissances pointues en mécanique (on doit avoir le même niveau dans ce domaine), mais je lui fais plus confiance qu'à moi-même dans bien des cas... et particulièrement dans celui-ci que nous partageons. Ses paroles aujourd'hui sont parole d'Evangile et la musique de sa voix, partoche d'Evans Gil. Je me surprends donc à soutenir sans trop de difficulté une relativement bonne allure, autour de 4'58/km.
Au 80ème km, je calcule rapidement que je peux encore "rentrer en 7h57", comme dirait Bultaco, si je peux maintenir mon allure stable. Las... les 3 "laps" de 5km suivants en décident autrement, l'allure passant progressivement de 5'01 à 5'08 puis 5'13/km.
Dans l'avant-dernier lap (90-95), nous avons la surprise de revenir sur Cyrille Lequet - vice-champion de France 2014, en 7h27 - que je tente de relancer au passage, en lui précisant que je veux aller chercher les 8h02 qui me semblent encore jouables. Mais Cyrille n'a plus de jus et sans doute aucune motivation pour aller chercher un temps ou une place sans signification particulière pour lui.
Pour moi, il en va tout autrement. La promesse d'une 8ème place en 8h pour mon 8ème cent bornes  - 8,8,8 ??? oui,oui,oui !!! - achève de me rebooster alors que le finish approche.
La section "95-100", qui nous ramène en ligne droite vers Amiens avant de nous faire franchir la Somme et de nous propulser vers le Parc de la Hotoie, est parcourue à 4'57/km de moyenne. Et je me fais plaisir dans les derniers 500m en déroulant la foulée, avec Nathalie qui pédale à mes côtés, pour atteindre 4'24/km et faire monter les puls ET LA JOIE qui explose au moment de franchir la ligne d'arrivée... en 8h02.
Un record amélioré de 23' et un bonheur indicible ne laissant aucune place à une quelconque arrière-pensée quant à ces 2' excédentaires.
100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015100km d'Amiens 2015
Un mot des copains pour finir : Frédéric Mary égale son chrono de Mécleuves en 9h51. Pascal Lebel et Guillaume Barascud explosent leur record, respectivement de 53' et 54', en 10h50 et 10h52. Seul Emmanuel Sillon repart d'Amiens bredouille, avec la conviction que "dans l'ultra, il ne faut pas se mentir". Le malheur de Manu a toutefois été profitable à quelqu'un puisque Pierre-André qui l'accompagnait a finalement rejoint et accompagné Pascal, l'aidant ainsi à conclure. Une pensée pour Pascal Perrotin qui devait être des nôtres et a déclaré forfait peu de temps avant le Jour J pour cause de blessure.
 
Les résultats complets, sur le site des 100km de la Somme.

Publié dans 100km, Intercontrat 2

Commenter cet article

denisG 20/10/2015 16:25

Trés beau CR Je vis tes émotions et je suis passé par là ton potentiel est là, palpable ta course et la reprise en main psychologique ont été déterminantes car bien assumées bravo à NATHALIE On ne remerciera jamais assez nos accompagnateurs ( ou trices) BRAVO bise amicale de Joinvillele pont ;)

Hermagot 20/10/2015 18:55

Merci Denis !
Oui, tu as bien raison : nous devons énormément à nos accompagnateurs/trices.
Qu'ils soient une épouse sur 100km, une soeur sur 24h, ou toute autre option imaginable... le lien est fort (surtout si ça ne passe pas "comme une lettre à la poste") et l'aventure est partagée. Le résultat et le mérite également.
Bises de Metz-Campagne ;-)

plas 10/10/2015 22:27

Super heureux pour vous deux !!!!
Pat et Marie

Hermagot 12/10/2015 09:13

Merci, Marie. Merci, Patrice.
A Amiens, en plus ! C'est sans doute un 100km qui réussit aux couples amoureux, vous ne croyez pas ?! ;-)

plas 24/08/2015 22:03

Bravo pour ton premier cycle,en esperant de tout coeur que ce plan à base de vs va te réussir, tu le mérites tellement.Bon courage pour la suite,Bisous à ton accompagnatrice préférée et à la famille,
Pat et Marie

Hermagot 24/08/2015 22:22

Un grand merci à vous 2.
A bientôt
Christophe